jeudi 23 août 2012

Comment dire ?

Après avoir travaillé pendant plus de 15 ans dans divers postes dans les Ressources Humaines, dans des entreprises à tailles diverses (de quelques milliers à près de 100 000), pour lesquelles je me suis occupé de recrutement, de formation, de Développement des Compétences et même de Développement des Ressources humaines, c'est-à-dire d'aider les salariés à développer leurs connaissances, leur maîtrise de leur travail, certes pour le plus grand bien de la rentabilité de l'entreprise - mais bah, du moment que l'on développe ses connaissances, ce n'est jamais perdu et l'entreprise est un milieu tellement acculturant n'est-ce pas avec son verbiage anglicisant, ses acronymes, tout ça tout ça - bref, pendant toutes années à tenter de convaincre les décideurs (ceux qui paient) que l'on peut traiter SES (?) salariés comme autrui, je me suis rendu compte que j'étais du côté obscur de la force. Nulle complainte ici, je savais où j'étais, ce que j'y faisais, gagnait très correctement ma vie et tentais d'agir comme un virus en essayant de convaincre qu'en payant mieux, formant mieux et considérant mieux autrui on allait pas forcément perdre de la rentabilité (du fric) ou de la performance (des parts de marché, du fric)... tout ceci n'a duré que le temps où le marché du travail était en faveur des salariés.

samedi 18 août 2012

Brûle

  Le 13 août 2012, un homme de 51 ans est mort des suites de ses blessures, après s'être immolé par le feu à la Caisse d'Allocations Familiales de Mantes-la-Jolie cinq jours plus tôt. Les journaux disaient que ses jours n'étaient pas en danger, ça ne fait qu'une erreur d'appréciation de plus.
Il ne touchait plus son RSA depuis quatre mois. On insiste beaucoup sur le fait que c'était une suspension et pas une fin de droit, comme si le résultat était différent, comme si ça ne voulait pas dire que tu devais te démerder sans les 400€ et quelques qui te permettaient de ne pas couler totalement. Suspendu parce qu'il manquait des papiers. À l'heure où les caisses sont vides, faut savoir que t'as intérêt à tous les avoir, les papiers, les photocopies, le dossier standardisé complété tant bien que mal, les attestations sur l'honneur que, les justificatifs de, pour gratter les gravillons de solidarité qu'on consent encore à te jeter à la gueule, à toi l'assisté qu'est bien moins à plaindre que ceux qui vont au turbin...